Danses Traditionnelles italiennes

Les Tarantelle* 

de Tullia Conte
Les danses traditionnelles de référence : tarantelle, pizziche, tammurriate

[*Texte extrait de « Tout sur la Tarentelle, anthropologie de la tarentelle contemporaine »]

Dans le Sud de l’Italie, on peut trouver de nombreux types de « Tarentelle ».Au cours des siècles, le phénomène tarentelle s’est développé, diversifié, contaminé. La danse folklorique italienne est la photographie d’une identité nationale : un bagage complexe qui reflète pleinement la diversité sociale et géopolitique du pays. La danse traditionnelle italienne, est spécifique d’une région à une autre, mais se retrouve ensuite dans le terme générique « tarentelle » : acclamé, craint, utilisé et vendu – surtout par les peuples italiques – pendant des siècles.


La « Taranta » **

En 1959, dans le sud de l’Italie, l’anthropologue Ernesto De Martino découvre et fait revivre les vestiges du rituel nécessaire à la guérison de la morsure de la tarentule.

Araignée mythique, qui pique et injecte un poison capable d’entraîner bientôt la victime dans la folie, à des crises et au besoin immédiat de soins physiques. Ainsi est née la danse de la Pizzica, mieux connue comme Tarentelle : expression des humeurs, des soucis personnels qui deviennent socialement partagés. Mythe antique qui trouve ses racines dans le passé archétypal, saturé de symboles et d’idées provenant de la tradition du théâtre populaire.

Utilisé principalement par les femmes, la danse de la Pizzica est liée à une souffrance où la féminité est très impliqué. La danse dans ce rituel est utilisé pour crier sa présence à travers le corps dans les yeux du monde, un monde qu’il préférait ignorer les vies délicates et compliquées des tarantate.

[** Texte extrait de « Tout sur la Tarentelle, anthropologie de la tarentelle contemporaine » de Tullia Conte ©sudanzare 2011 ; photo La terra del Rimorso, di E. De Martino © Museo Tradizioni popolari Roma 2015]

En revanche la Tammurriata est appelée par les auteurs directs simplement « danse ». Celle-ci est dansée dans une vaste zone s’étendant de la vallée sud-est de Volturno, Caserta, la région Circumvesuviana (autour du Vésuve), jusqu’à l’ Agro Nocerino, Nola et la côte amalfitaine.

tullia-002

Dans une classification plus large des danses ethniques italiennes, la tammuriata peut être incluse dans la famille de la tarentelle et constitue un sous-groupe spécifique et original basé sur le rythme binaire de façon rigide, sur la participation au bal uniquement en couples (mixtes ou non), sur la dynamique intense des bras;

L’utilisation de castagnettes, qui, en plus de fournir le rythme de base, nécessite une cinétique particulière des mains, des bras et du torse.

La danse tire son nom de la rythmique de base marquée par le tambour (aussi appelé « tammorra»). La « tammorra» est un tambour sur cadre avec de grandes cymbales en étain peint, il peut être décoré de peintures polychromes ou orné d’ accessoires comme des rubans et/ou des cloches.


info@sudanzare.com | SuDanzare 2016 © Tous droits réservés